ruche
Concours photo 2015  © Marie Isabelle Lechleiter (Eiffage Métal)

Le dialogue social,
un lien fort et actif 

Eiffage a la volonté de maintenir et développer un dialogue social fondé sur l’écoute et le respect de ses parties prenantes internes.

En France et dans les pays d’implantation du Groupe, les institutions représentatives du personnel fonctionnent conformément aux règles en vigueur dans chacun d’entre eux. Le protocole d’accord relatif au renouvellement du Comité d’entreprise européen, signé en 2011 par la direction d’Eiffage et l’ensemble des organisations syndicales, a posé les principes de deux réunions chaque année et a été prorogé en 2015.

Le Comité de groupe

Le protocole d’accord relatif au renouvellement du Comité de groupe, signé entre la direction et les organisations syndicales en décembre 2013, a renforcé les moyens de fonctionnement de cette instance et mis l’accent sur la formation de ses nouveaux membres. Le Comité de groupe est composé de trente membres désignés par les organisations syndicales parmi leurs élus aux Comités d’entreprise ou d’établissement des filiales françaises. Il se réunit également deux fois par an.

 
barriquand
Le Comité de groupe Eiffage, réuni le 4 juin 2014 à la Tour Majunga à la Défense ©Barriquand 

L’accord sur la prévention des risques psychosociaux

L'accord sur la prévention du stress et des RPS  –couvrant l’ensemble des filiales françaises, à l’exception d’APRR et d’AREA qui disposent de leur propre accord depuis respectivement 2013 et 2011– a été reconduit en 2015. Au niveau du Groupe, une commission de suivi de l’accord, composée de représentants de la direction et des organisations syndicales, se réunit chaque année. Avec une composition et des missions similaires, des groupes de suivi ont également été constitués dans les branches.

Focus

Les CHSCT au cœur du dispositif

Les CHSCT suivent annuellement les indicateurs définis afin de mieux appréhender la réalité et de permettre une détection le plus en amont possible des situations difficiles. Les CHSCT ont également désigné en leur sein un membre référent, formé à la problématique du stress et des risques psychosociaux. Lors de la mise en place de la démarche, des sessions de formation -programme conçu par l’ANACT– avaient été organisées pour plus de 300 membres référents des CHSCT, mais également pour des présidents de CHSCT, des responsables des ressources humaines et des responsables prévention. Depuis, de nouvelles sessions sont périodiquement organisées pour la formation de tous les nouveaux membres référents.

Focus

Une couverture sociale étendue au risque de dépendance

L’accord de groupe, mis en place en 2008, prévoit un régime de remboursement des frais de santé couvrant une large partie des filiales françaises, ainsi qu'une couverture contre le risque de dépendance au bénéfice des salariés qui partent en retraite ainsi que de leur conjoint. Ce dispositif s’appuie sur un régime décès et invalidité accidentels qui complète le régime de prévoyance existant. L’accord fait régulièrement l’objet d’avenants, notamment pour adapter le niveau de couverture proposée aux collaborateurs et intégrer les nouvelles sociétés acquises par le Groupe. Deux avenants ont ainsi été signés le 21 décembre 2015. Une commission de suivi de la mutuelle, composée de représentants de la direction et de trois représentants par organisation syndicale, examine, avec l’assistance d’un cabinet d’expertise, les éléments liés au pilotage et au fonctionnement du régime, indépendamment des réunions de négociation. Elle s’est réunie à deux reprises en 2015.




banc allevins
      Banc d'allevins – Concours photo 2015 ©Fabien Collignon (Eiffage Métal)

Autres accords

Conformément aux dispositions légales, les filiales françaises du Groupe sont en principe dotées, selon leur organisation, de Comités d’entreprise ou de Comités centraux d’entreprise et de Comités d’établissement, de délégués du personnel, de CHSCT et le plus souvent de délégués syndicaux, assurant la représentation des salariés à tous les niveaux. L’organisation et la nature de leurs activités ont conduit plusieurs branches à mettre en place des organes de coordination, de concertation ou d’échanges, tels les comités de branche, qui complètent l’architecture des institutions représentatives du personnel résultant des dispositions légales.

Le dialogue social se concrétise en particulier par la signature d’accords d’entreprise ou d’établissement au plus près des réalités de travail des salariés, ou à l’inverse, par des accords de branche couvrant l’ensemble des filiales lorsque le thème et les enjeux le justifient. Les accords conclus au terme des négociations annuelles obligatoires et les accords relatifs à la participation ou à l’intéressement des salariés occupent une place significative.

Chez Eiffage Énergie le renouvellement des mandats des représentants professionnels (32 CE, DP, 80 CHSCT…) a eu lieu le 30 novembre 2015. Un accord sur le temps de travail a également été adopté afin d’harmoniser les règles en vigueur en Ile de France.

arbres

Rassemblement – Concours photo 2014 ©Philippe Roncin (Eiffage Construction)