coquelicots
Coquelicots ©Michel Beck (Eiffage Énergie)

Biodiversité, de l’enjeu réglementaire à l’enjeu concurrentiel

Le groupe Eiffage est conscient de l’impact de ses activités sur la biodiversité et sur la ressource en eau, tant en termes d’habitats naturels, y compris les zones humides, d’espèces faunistiques et floristiques, de continuités écologiques ou encore de banalisation des espèces, ou de risque de prolifération d’espèces invasives.


Ainsi, dès 2009, Eiffage s’est engagé dans une politique très volontariste de préservation de la biodiversité qui s’appuie notamment sur la Charte Biodiversité et la Charte Eaux et milieux aquatiques. Le livre Vers le génie civil écologique, publié en mai 2014, et mis à la disposition des parties prenantes, témoigne également de cet engagement à travers des exemples d’intégration des enjeux liés au monde du vivant dans les cœurs de métier de l’entreprise et ses effets concrets.

L’engagement Stratégie Nationale pour la Biodiversité

SNB

En octobre 2015, Eiffage et ses branches ont vu leur engagement à la SNB officiellement reconnu par le MEDDEpour la deuxième fois. La SNB concrétise l’engagement français dans le cadre de la Convention sur la diversité biologique ; à ce titre elle instaure un cadre cohérent pour permettre à tous les acteurs de contribuer sur une base volontaire. Dans cette perspective, Eiffage est le seul acteur du BTP à avoir été reconnu pour son engagement depuis les débuts de cette démarche. En renouvelant son engagement triennal - ainsi que son partenariat avec H&B, le Groupe poursuit donc la dynamique interne initiée par le programme 2012-2015 avec des actions à approfondir et des actions innovantes à engager.

Après le succès d’initiatives comme l’implantation de ruches sur les sites d’exploitations du réseau APRR-AREA, l’expérimentation d’un procédé biomimétique pour dépolluer grâce aux champignons les sols de l’îlot démonstrateur Smartseille, ou encore l’édition du livre Vers le génie civil écologique, qui traite des métiers du génie civil et de leurs interactions fortes avec la biodiversité, le Groupe s’engage ainsi dans de nouvelles déclinaisons jusqu’en 2018.

Focus

Des nouvelles du FIPAN BPL

Trois ans après avoir rendu une offre incluant une proposition expérimentale et volontaire de restauration des services écosystémiques d’épuration naturelle de l’eau dans les territoires adjacents à la LGV Bretagne-Pays de Loire, le FIPAN, le Groupe a concrétisé la proposition en lançant officiellement un démonstrateur FIPAN BPL à proximité de Rennes (Ille-et-Vilaine). Les études et les travaux sur des parcelles agricoles ciblées pour leur intérêt en termes de services écologiques, en particulier en lien avec l’épuration de l’eau, sont en cours. Cinq cents mètres de haies et une dizaine d’arbres ont été plantés afin de favoriser l’infiltration des eaux, des nichoirs pour oiseaux sont installés et les berges de l’Yaigne ont été renaturées. L’expérimentation démontre que des acteurs volontaires –Eiffage, Green Cross France & Territoires, Dervenn, Ter-Qualitechs, l’exploitant agricole- peuvent s’organiser et réaliser des actions de terrain. Elle valide le modèle d’un projet territorial de génie écologique basé sur le concept du paiement pour la maintenance des services écologiques, et permet de se tourner vers d’autres acteurs et habitants intéressés par la démarche. 

 

Ce motion design a obtenu un trophée d'argent des messages de sensibilisation grand public lors des Deauville Green Awards. 

Green Award Daeuville

La sensibilisation et la formation, pour l’adhésion aux engagements 

Depuis 2010, la direction du Développement durable crée, en partenariat avec les branches, des outils opérationnels et de sensibilisation régulièrement actualisés. Ainsi, le Pack de prévention et de maîtrise du risque biodiversité, le Fonds Documentaire Biodiversité et le Module d’évaluation économique de la compensation écologique permettent aux collaborateurs d’assimiler et d’intégrer la prévention et la maîtrise du risque d’atteinte à la biodiversité dans l’exercice de leurs métiers, depuis la conception des offres jusqu’à l’exploitation des ouvrages.

 

Focus

Le master Bioterre, une formation qui fait entrer le BTP dans une nouvelle ère 

Master Bioterre 2015

Eiffage a créé en 2009 le master Bioterre, en partenariat avec la Sorbonne. Visé Master 2 par l’Etat et inscrit au programme d’Eiffage reconnu par le Ministère au titre de la Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB), il forme des étudiants et des professionnels aux questions environnementales dans le cadre des grands projets d’infrastructures et d’aménagement. Le programme du master Bioterre allie ainsi des enseignements fondamentaux et appliqués en phase avec la réalité professionnelle, dans les dimensions managériales, économiques, techniques et juridiques de la conduite de projet en lien avec le monde du vivant.

En 2015, le master Bioterre s’est placé 6e du classement SMBG, ce qui le propulse au premier rang des masters universitaires dans le domaine de l’environnement et du développement durable. Depuis sa création il y a 6 ans, 26 collaborateurs de toutes les branches ont suivi cette formation. Ils ont produit 12 mémoires sur les rapports entre leur métier et la biodiversité, devenus aujourd’hui des ressources stratégiques pour Eiffage.

 

 

Genie civil et ecologiqueLe livre Vers le génie civil écologique, publié en mai 2014, et mis à la disposition des parties prenantes, témoigne également de cet engagement à travers des exemples d’intégration des enjeux liés au monde du vivant dans les cœurs de métier de l’entreprise et ses effets concrets, au travers de trois projets d’aménagement, trois effets papillon : celui de la prise de conscience et du réveil stratégique dans le contexte du Grenelle de l’environnement (autoroute A65) ; celui de la mise en chantier de la culture et de l’organisation même de l’entreprise (LGV Bretagne–Pays de la Loire) enfin, celui du questionnement des savoir-faire et des métiers du BTP et des Concessions à l’aune du vivant (Route du Littoral).

 
 

Infographie 1

 

Infographie 2

Visuels extraits du livre "Vers le génie civil écologique"
 
Focus

Le site Effet papillon

effet papillon

En  mars 2014  le site internet Effet papillon consacré à la biodiversité a été lancé. Outil interactif de sensibilisation des collaborateurs, il met en  évidence les  liens  qui  existent entre les  enjeux de biodiversité et les  métiers du Groupe. Depuis la mise en ligne, le site a enregistré 4 500 visites, ce qui représente 372 h de sensibilisation. Des entreprises  partenaires  ou clientes d’Eiffage s’y intéressent également, pour leur propre corps social.

Les branches développent elles aussi des actions de sensibilisation de leurs collaborateurs et de leurs clients.

En 2015, APRR a sollicité le concours du Conservatoire d’espaces naturels de Bourgogne pour réaliser les observations de biodiversité et la traduction pédagogique sur trois aires de repos : l’aire de La Biche sur l’A6 (Auxerre - Yonne), l’aire du Rossignol sur l’autoroute A6 (Beaune - Côte d’Or), et l’aire du bois des Potets. Parallèlement, des pratiques d’entretien respectueuses de cette nature ordinaire ou exceptionnelle seront confortées et expliquées aux clients, comme le maintien de la tonte tardive respectueuse des orchidées sur l’aire du Rossignol ou la gestion saisonnière de la zone boisée sur l’aire du bois des Potets.

Par ailleurs, pour diversifier davantage la flore et sensibiliser les usagers de l’autoroute du Jura, des prairies fleuries ont été installées sur trois aires de repos de l’A39 au printemps 2015. Elles permettent aussi de réduire l’entretien qui se limite à une fauche annuelle et ainsi d’économiser des émissions de gaz à effet de serre.

La préservation de la biodiversité, et parfois même de la santé publique nécessite de lutter contre les plantes nuisibles et invasives. Dans ce cadre, neuf agents routiers ont été formés en 2015 à la reconnaissance de ces plantes et aux différents moyens pour contenir leur expansion, cette formation ayant été initiée en 2014. Des fiches de présentation avec des clés de détermination sont d’ailleurs associées au guide d’entretien des espaces naturels pour faciliter l’identification des zones de prolifération et déclencher les actions préventives ou curatives au bon moment par rapport à la biologie de l’espèce.

Reseau bzzz

APRR porte également deux actions spécifiques de découverte de la biodiversité. Il s’agit de l’implantation de ruches sur les sites d’exploitation, entre 2013 et 2020. Les salariés volontaires du Réseau Bzzzz gèrent désormais 11 ruchers. En effet, trois nouveaux sites accueillent des abeilles pour au moins trois ans : Montmarault (A71), les Éprunes (A5) et Annecy (A41). A raison de trois ruches par site -jusqu’à 50 000 abeilles par ruche.

Focus

Sensibilisation sur le site d'Eiffage Energie

Sur son siège de la Plaine Saint Denis, Eiffage mène depuis plusieurs années une démarche de gestion différenciée des espaces verts entourant les locaux. Ainsi, la friche naturelle présente sur le site fait l’objet d’un fauchage annuel afin de permettre et d’observer le développement de la biodiversité. Dans le cadre d’un atelier du master Bioterre, les étudiants actualisent chaque année l’inventaire initial grâce au programme de sciences participatives “Sauvages de ma rue”. Cette initiative a également permis de sensibiliser les collaborateurs à la « biodiversité ordinaire », actions qui seront poursuivies, avec des retours réguliers de professionnels mais aussi participatifs pour les collaborateurs qui le souhaitent.

 

Ruchers

Le rucher d'Annecy (Haute-Savoie) ©AREA
 

La branche Infrastructures élabore et met à jour des fiches de bonnes pratiques et sensibilise son personnel de chantier. À titre d’exemple, sur le chantier de la LGV Bretagne–Pays de la Loire, les équipes ont mis en place des clôtures de protection pour les amphibiens et délimité les zones environnementales sensibles du site. La fiche associée à cette action permet la diffusion de la pratique aux autres projets et chantiers de la branche.

Grabe huppée
Grèbe huppée - Concours photo 2012 ©Claire Blanchong (Branche Infrastructures d'Eiffage)

Le partage de la connaissance et la coopération avec les cercles de progrès

Eiffage poursuit ses échanges avec le monde environnemental, notamment à travers son implication dans les groupes de travail biodiversité de l’association Orée, de la FNTP et du MEDEF, ou encore au sein du CIL&B qui rassemble de grands gestionnaires d’infrastructures linéaires publics et privés.

Côté international, Eiffage est membre de l’association depuis fin 2013- et a témoigné par deux fois lors de son séminaire annuel, en 2014 à Londres et en 2015 à Barcelone.

Le programme de compensation de la LGV Bretagne–Pays de la Loire a été présenté dans le but de montrer qu’une compensation écologique anticipée permet d’éviter une consommation excessive de foncier, tout en préservant l’intensité et la qualité de chacune des mesures de compensation adoptées. Ainsi, les taux de fongibilité atteints sur cette opération sont de l’ordre de 20 % entre les boisements compensateurs et la compensation dédiée aux espèces protégées -notamment les chauves-souris- ainsi qu’entre la composante eau (zones humides) et la compensation espèces protégées, en particulier les amphibiens.

info
Fongibilité des mesures sur la LGV Bretagne-Pays de la Loire.
Focus

Eiffage ouvre ses carnets d’observation naturaliste

Logo INPNLe partage et l’amélioration des connaissances naturalistes représentent un défi majeur dans la protection de la biodiversité, tant celle-ci est mal connue dans le monde et même sur notre territoire national. A ce titre, les entreprises membres du CILB – dont Eiffage, mènent une action de mise en commun de leurs inventaires naturalistes, réalisés sur leur réseau ou sur leurs projets en développement, avec le MNHN dans le but d’enrichir l’INPN créé en 2003 et qui représente aujourd’hui la base de données naturalistes la plus importante de France avec plus de 125 000 espèces recensées, près de 3 millions de données de synthèse restituées au grand public, et plus de 50 000 connexions par mois sur le site.

Dans ce cadre, les entreprises membres du CILB ont ajouté leurs observations floristiques et faunistiques de terrain à la plateforme CardObs, outil du MNHN de saisie et de gestion en ligne des données naturalistes.

Le CILB, avec le concours du comité français de l’IUCN, a également publié en septembre 2015 le rapport « Corridors d’infrastructures, corridors écologiques ? Etat des lieux et recommandations », suite du colloque qu’il a organisé en novembre 2014 sur ce thème avec pour question centrale : sous quelles conditions les infrastructures linéaires de transport et leurs emprises peuvent-elles contribuer efficacement aux continuités écologiques ? 

Focus

Eiffage rejoint le CIBI 

Logo CIBI biodivDéjà impliqué auprès de plusieurs de ses membres fondateurs et soutiens, Eiffage est désormais adhérant du Conseil international biodiversité et immobilier (CIBI). Le Groupe rejoint ainsi les aménageurs, promoteurs et constructeurs du CIBI aux côtés de Bouygues Construction ou Gecina. À travers ce nouveau partenariat qui s’inscrit dans le programme d’actions d’Eiffage au titre de la SNB, le Groupe entend promouvoir davantage la biodiversité urbaine dans le secteur de la construction et de l’immobilier, mais aussi auprès du grand public, notamment grâce à la diffusion du label BiodiverCity.  

Focus

Les 101 mots de l'agriculture urbaine

 

Eiffage a soutenu l’édition du livre « Les 101 mots de l’agriculture urbaine à l’usage de tous », publié chez Archibooks par l’entreprise de paysage Les Jardins de Gally et rédigé par son PDG Xavier Laureau.

Cet abécédaire présente toutes les dimensions sociales, écologiques,  techniques et économiques de l’agriculture urbaine qui suscite de plus en plus l’enthousiasme des maîtres d’ouvrage, tout en recouvrant une réalité plurielle et complexe.

Cette nouvelle collaboration est l’occasion pour Eiffage de souligner une fois de plus l’engagement du Groupe dans une réflexion profonde sur les nouveaux modes de vie en ville et les enjeux relatifs à l’intégration de la biodiversité.

 

 

Sur le terrain, des opérations qui servent de laboratoires d’expérimentation

 

mauvernay

Le demi diffuseur de Mauvernay (Isère) ©AREA
 

La création par AREA du demi-diffuseur de Mauvernay (A48) en Isère, mis en service en 2014 a été l’occasion d’établir avec la communauté d’agglomération du Pays Voironnais un schéma directeur de mesures compensatoires et d’aménagements hydro-écologiques pour compenser l’impact environnemental du projet et restaurer le caractère originel du site par la création d’une vaste zone humide d’expansion des crues et la réhabilitation écologique de deux cours d’eau–méandres, roselière, îlot arboré, mares. Le site redevient ainsi favorable à l’accueil d’espèces multiples, pour certaines protégées, parmi lesquelles de nombreux oiseaux, amphibiens et reptiles. Cette zone d’environ 5 hectares participe également à la compensation environnementale de l’aménagement d’une zone d’activités à proximité de l’A48, et du futur passage à faune sauvage de la Buisse dont la construction est prévue pour 2017, mais aussi de travaux situés sur l’A41, de l’autre côté du massif de la Chartreuse. Cette démarche permet de préserver le foncier à forte valeur économique ou agricole et d’orienter les mesures environnementales vers des secteurs de faible attractivité humaine, afin de mieux les préserver dans la durée.

 
oiseau2
Canari rouge – Concours photo 2013 ©Juan Perez (Eiffage Énergie)

 

Focus

Améliorer les connaissances « biodiversité »

APRR a poursuivi les diagnostics d’ouvrages de franchissement, y compris du point de vue des chiroptères – capacité d’accueil et routes de vol-, afin de mieux intégrer les aspects relatifs à la faune dès l’amont des projets de travaux d’entretien ou de réhabilitation de ces ouvrages.

 

L’outil Biodiversité et urbanisme, créé par Eiffage Aménagement et le cabinet conseil en génie écologique Dervenn, vise l’aide au pilotage de projets pour un aménagement urbain favorable à la biodiversité. Composé d’un guide de conduite de projet, de fiches sur les thématiques importantes et récurrentes de ce type de réalisation et de recommandations de concertation, il permet d’appréhender les enjeux, d’identifier les ressources disponibles et d’instaurer un dialogue avec les parties prenantes. Il prend en compte l’articulation avec les référentiels de construction et d’aménagement durable existants, en particulier HQE Aménagement™, HQE®, BREEAM® et LEED®.

Focus

Le Campus Pierre Berger se met au vert

©Branche Infrastructuresd'Eiffage / DR

Le Campus Pierre Berger a été livré à l’été 2015 avec les certifications HQE Exceptionnel et BREEAM Excellent. Conséquence de l’atteinte du niveau très performant pour les cibles portant sur l’environnement du bâtiment : tous les espaces extérieurs non circulés sont végétalisés, y compris la toiture. La palette végétale intègre ainsi une centaine d’espèces, et le traitement des eaux pluviales est intégré au paysage.

Au total, le Campus accueille 4 000 m2 de surface végétalisée, dont plus de 1 900 m2 sont plantés en pleine terre pour reproduire les différentes strates d’une forêt de hêtres et de pins. Au jardin périphérique des bâtiments s’ajoutent deux patios arborés, 2 500 m2 de jachère fleurie en toiture et des noues pour permettre l’installation d’une flore et d’une faune de milieu humide.

Pour compléter ces habitats potentiels, un hôtel à insectes, des nichoirs et un abri à chauve-souris commencent à être investis par la faune locale. Quatre ruches les ont rejoints au mois de juin de l’année 2016 dans le cadre du « réseau Bzzzz », l’association des apiculteurs-salariés d’Eiffage (voir plus haut). Un programme d’animations visant à sensibiliser les collaborateurs du site à la biodiversité est prévu pour l’été et l’automne suivants.


Eiffage Route poursuit ses démarches de collaboration avec les associations environnementales sur ses carrières, pour le déploiement de solutions permettant de minimiser la gêne occasionnée pendant l'exploitation. Ces partenariats permettent d’adapter les méthodes et périodes d’exploitation ou de réaliser des réaménagements de sites exemplaires – une fois l’exploitation terminée (carrière des Grands-Caous-Var). D’autant que les dossiers de réaménagements sont de plus en plus pensés selon des considérations écologiques et de biodiversité : création de corridors écologiques, de trames vertes, préservation d’habitats favorables aux espèces pionnières.

En 2016, 28 carrières sur 64 en France ont atteint le niveau 4/4 de la Charte Environnement des industries extractives, et pour certaines : Vougy, Izeaux, et Corbigny ont même obtenu une mention Biodiversité qui distingue l’exemplarité et l’excellence des sites sur certains thèmes clefs.

Sur le site d’Izeaux, une convention annuelle est en place avec la LPO pour le suivi de la faune. À la suite de la création d’une zone écologique de 15 000 m² en 2013,    1 000 m de haies ont été plantés au printemps 2014. Les chantiers ont été confiés aux Jardins de la solidarité, association pour la réinsertion sociale de personnes en difficulté, et aux classes de CAP d’un lycée horticole du secteur.

lac
Chantier de réaménagement écologique de la carrière alluvionnaire de Bitry-Attichy (Oise) : aménagement de berges, création de digues naturelles pour la pratique de la pêche… ©Branche Infrastructures d'Eiffage/ DR  

Sur la carrière de Vougy, site remarquable sur le plan écologique en raison de la diversité des espèces floristiques et faunistiques qu’il abrite, un suivi régulier permet notamment l’étude de la colonisation du milieu pour l’orientation des aménagements futurs -îles, chenaux, mares. En 2014, le martin pêcheur (Alcedo atthis) a été découvert sur une zone de remblaiement.

Empreinte
Empreinte – Concours photo 2012 ©Julie Paulin (Eiffage Construction)
Focus

Les bonnes pratiques des carrières

©Branche Infrastructures d'Eiffage /DR

Sur le chantier de la LGV Bretagne–Pays de la Loire, un front de taille artificiel regroupant 150 nichoirs a été installé dans la campagne autour de Connéré (Sarthe) afin de compenser l’impact du comblement d’une ancienne carrière de sable, lieu de nidification d’hirondelles des rivages.

 

Lors des opérations de rénovation-ascenseur saumonmaintenance sur les ouvrages d’eau, Eiffel Industrie participe à la sécurisation et à la réduction de l’impact environnemental des installations hydroélectriques. 

En Aquitaine, un contrat de deux ans couvre la fiabilisation d’un ascenseur à saumons (photo), dispositif essentiel à la préservation de l’intégrité écologique des espaces aquatiques. De même, les projets de sécurisation d’ouvrages en cas de crue assurent la continuité sédimentaire du milieu, nécessaire à la conservation de l’équilibre hydro-morphologique des rivières.




lac miroir
Lac miroir – Concours photo 2010 ©Gilbert Pellet