© Nicolas Fussler

Améliorer notre efficacité énergétique

Face au défi stratégique, socio-économique et environnemental que représente la réduction des consommations d’énergies, Eiffage décline une politique énergétique qui cible à la fois l’amélioration de son offre et l’optimisation de sa propre performance. 

Une performance énergétique certifiée

Les plans d’actions élaborés ces dernières années par les branches sont maintenant intégrés dans de véritables systèmes de management de l’énergie certifiés.

Fin 2015, Eiffage Énergie, Clemessy et Eiffage Route ont obtenus la certification ISO 50 001. Ce sésame marque leur engagement sur la voie du progrès continu dans ce domaine.

Clemessy ISO 50001

ISO 50 001 Clemessy
 

Clemessy a obtenu l'ISO 50 001 pour deux de ses filiales, Clemessy SA et Secauto. Dans les deux cas, le périmètre de certification englobe tous les véhicules et plusieurs bâtiments de ces deux entités. L’objectif est de déployer la démarche pour l’ensemble des établissements d’ici 2018.

Parmi les actions ambitieuses retenues et après la rénovation de l’étanchéité de l’une des toitures du site de Mulhouse, un projet d’installation d’un générateur photovoltaïque est à l’étude. Ce dernier, constitué de 690 panneaux solaires (1380m² de toiture) et de 7 onduleurs délivrera une puissance de 210KWc destinée à être utilisée en autoconsommation.

Centrale Enrobés Alpins
Centrale d'enrobés Alpins - Contamine sur Arve - Eiffage ©Actophoto Régis Bouchu
 

Eiffage Route a pour sa part, obtenu la certification pour 56 postes d’enrobés et 13 usines de liants répartis sur tout le périmètre. Ainsi, la promotion des comportements économes en énergie, la maîtrise des consommations énergétiques, l’optimisation des installations, l’amélioration des process et des équipements, l’achat de prestations économes en énergie et l’augmentation de la production d’enrobés tièdes représentent les objectifs que s’est fixée Eiffage Route dans le cadre de cette démarche. Outre la grande mobilisation et l’implication de toute la ligne hiérarchique, la démarche nécessite une connaissance plus fine des postes de consommation du process et la maîtrise des points singuliers à l’origine des pertes énergétiques.

De plus, le déploiement des systèmes de management de l’énergie s’étend progressivement aux activités d’extraction de matériaux. A ce titre, la carrière des Roches Bleues, pionnière et certifiée ISO 50 001 depuis 2014, est l’exemple à suivre.

Depuis décembre 2015, Eiffage Energie Gestion et Développement est certifié selon la norme ISO 50 001 pour le management de l’énergie pour ses activités de conception, réalisation, exploitation et maintenance durable des établissements. Cette nouvelle certification nationale et multi-sites profitera à l’ensemble des agences d’Eiffage Energie. Avec la démonstration des quatre sites pilotes (Saint-Denis, Corbeil-Essonnes, Pessac et Verquin), cette norme a vocation à être valable pour l'ensemble des sites.

Focus

Une démarche globale d’efficacité énergétique

Afin de répondre aux enjeux énergétiques du XXI ᵉᵐᵉ siècle et d’accompagner ses clients dans la transition énergétique, Eiffage Energie a décidé depuis le début de l’année 2014 de renforcer ses actions relatives à la transition énergétique. Ainsi, les quatre démarches déployées en 2015 étant tournées à la fois vers l’interne et l’externe, constituent un socle pertinent pour atteindre des objectifs de transition et d’accompagnement.

La mise en place d’un Système de management de l’énergie (SMé) s’inscrit dans cette démarche globale d’efficacité énergétique. C’est la raison pour laquelle la norme ISO 50 001 a été déployée chez Eiffage Energie à la fois sur son propre patrimoine et sur les ouvrages en exploitation chez ses clients, comme les lycées dans la cadre du CPE de la région Centre ou les installations de cogénération.
En interne, les audits énergétiques, l’acquisition de la méthodologie de revue énergétique, la montée en compétence des équipes à l’exploitation des installations, la formation des auditeurs internes et la sensibilisation des usagers auront été autant d’étapes nécessaires à la mise en place des systèmes d’amélioration continue de l’énergie certifiés fin 2015.

Les challenges de l’énergie

Indépendamment des démarches certifiées, les actions d’amélioration de la performance énergétique se poursuivent au sein du Groupe.

Le Guide technique de la climatisation APRR et AREA diffusé en 2014 s’adresse non seulement à l’exploitation autoroutière mais aussi à la construction des nouvelles sections. Ses préconisations sont désormais systématiquement appliquées aux projets neufs comme sur la barrière de péage de l’A466 au nord de Lyon. Mis en service en juin 2015, ce péage bénéficie également des dernières avancées technologiques en matière d’éclairage tant sous l’auvent que pour la plateforme.


Péage A466 © Groupe Eiffage

Le programme de renouvellement des équipements d’exploitation pour la période 2012-2016 inclut notamment un passage en technologie LED de l’éclairage des petites aires générant un gain de consommation de 30 % par an et l’installation de lampes à efficacité lumineuse élevée et à durée de vie augmentée -10 ans au lieu de 3 ou 4 ans auparavant. La mise en place d’horloges astronomiques associées à des variateurs de tension pourrait engendrer de 10 à 30 % d’économie d’électricité sur les grandes aires. Des ratios de consommation pertinents (kWh / unité de valeur) sont déterminés et associés aux points de distributions, rendant effective la détection des écarts de consommations et la recherche de leurs causes.

En 2015, AREA a testé le réchauffement solaire de l’eau pour les lave-mains mis à disposition des clients dans les sanitaires. Trois haltes péage et une aire de repos rénovés bénéficient d’une sphère produisant de l’eau tempérée même par temps couvert. Six autres aires de repos en seront équipées au fur et à mesure des mises en service de nouveaux sanitaires.

Le réseau autoroutier APRR et AREA comporte près de 1350 équipements fixes alimentés en énergie par des capteurs photovoltaïques, voire des mini-éoliennes. Il s’agit principalement des bornes du réseau d’appel d’urgence, des stations météo, de portails de services, de panneaux de signalisation, et de quelques caméras d’exploitation. De plus, APRR et AREA se dotent progressivement en remorques « panneau message variable » avec une alimentation par panneaux photovoltaïques ; le groupe électrogène n’est alors plus utilisé qu’en secours.

Notons les bilans positifs des auvents équipés de panneaux photovoltaïques des gares de péage d’Arlay sur l’A39 et de Seynod-Sud sur l’A41 qui produisent en moyenne 30% de la consommation de chacune des gares.

peage arlay
Gare Arlay ©APRR

Le second plan route (2016-2020) est en cours. Avec des objectifs revus à la hausse en matière d’économie de ressources et d’énergie, Eiffage route met l’accent sur :

  • l’augmentation de la part de recyclé dans les enrobés produits en centrale, et retraités en place sur ses chantiers,
  • l’optimisation de ses sites et procédés (EBT : Enrobés basse température) en matière d’énergie.
plan route 2016-2020Plan route Développement Durable © Groupe Eiffage

Eiffage Métal a moderniseé et homogeéneéisé son parc de machines. Des équipements connectés intégrant la 3D créent désormais un véritable lien numérique entre le bureau d'études et l'atelier.

Le réseau d’énergéticiens d’Eiffage Construction créé en 2011 profite au développement de synergies entre les pôles régionaux. En 2014, le service énergétique a rejoint les rangs de la direction technique pour former un nouveau service énergétique-lots techniques, le rapprochement des deux activités permettant une meilleure cohérence par la maîtrise de tous les aspects de l’optimisation énergétique. Depuis 2015, l’organisation du réseau suit l’évolution du service en intégrant des spécialistes lots techniques, favorisant ainsi la montée en compétence et la synergie entre les équipes.

Focus
stage interregional

 

Chez Eiffage Construction quatre groupes de travail autour de la maîtrise de la performance énergétique ont été constitués à l’occasion du stage interrégional 2015. Les retours d’expérience, et l’étude des bonnes pratiques ont permis d’élaborer des documents de sensibilisation, de vulgarisation et d’approfondissement sur cette thématique, notamment, un guide de sensibilisation chantier sur le thème de « l’engagement en consommations réelles ». En effet, la bonne mise en œuvre des modes constructifs aura un impact sur la future consommation du bâtiment. Ce guide se veut simple et concret permettant la sensibilisation des équipes terrains.