croquis ilot
Croquis écoquartier Smartseille ©Eiffage Immobilier Méditerranée/Leclerc 

Stratégie 

Innovation et développement durable au sein du Groupe : poursuivre la maîtrise des impacts, accroître les avantages concurrentiels. 

L es défis de l’innovation et du développement durable, tels que la réduction de la dépendance aux énergies fossiles, l’allègement des pressions sur les ressources naturelles, la préservation de la biodiversité et la valorisation systématique de toute ressource -qu’il s’agisse de matériaux à recycler ou de milieux anthropisés à renaturer restent des axes prioritaires de développement pour le Groupe. Le marché de la ville durable, en pleine expansion, vient justement confirmer ce modèle et consolider les stratégies de développement durable qui y sont directement liées.

 

Afin de réaffirmer les orientations du Groupe Eiffage, Benoît de Ruffray - P-DG du Groupe, a signé en juillet 2016 une Charte développement durable qui s'applique notamment à tous les collaborateurs du Groupe.

Méthode systémique et savoir-faire pluriels au service de la ville durable 

Confirmant les tendances observées les années précédentes, la demande de ville durable devient pressante car elle se nourrit de trois urgences : 

  • l'urgence environnementale liée aux conséquences néfastes d’une urbanisation massive et rapide ;
  • l'urgence sociale née de la cohabitation, voire de la confrontation entre populations dont la migration urbaine relève plus d’un impératif de survie économique que d’un choix délibéré ;
  • l'urgence économique qui demande de construire toujours mieux, plus vite et moins cher, au profit de populations et de collectivités locales aux ressources financières sous contraintes.

eco quatier

Extrait de la plate-forme numérique de l’écoquartier smartseille ©Eiffage - Enodo

Initiée dès 2007, la stratégie d’Eiffage au profit de la ville durable -confortée par les travaux de son laboratoire en développement urbain durable Phosphore– s'est enrichie.

En 2017, une nouvelle étape a été franchie avec la diffusion du nouveau plan stratégique du Groupe, Eiffage 2020. Ce plan stratégique, qui s’impose à toutes les branches, a officiellement intégré la transition écologique comme l’un des trois piliers du développement du Groupe, avec l’innovation et la transition digitale.

De nombreuses opération et réalisation décrites dans les chapitres "construire durable" et "préparer l'avenir" témoignent de l'intégration des enjeux dans tous les métiers du Groupe.

astainable 
Extrait de la plate-forme 3D Astainable® ©Eiffage–Egis–ENGIE-Enodo

L’écosystème de l’entreprise, dépendant de l’écosystème tout court 

Carbone, quand tu nous tiens

Dans un contexte où le dérèglement climatique devient réalité, et où le bâtiment, les travaux publics et les transports ont été jusqu’à présent des contributeurs nets aux émissions des gaz à effet de serre, Eiffage a fait depuis 2016 de la transition écologique et de l’innovation deux des piliers de son plan stratégique.

Eiffage, comme l’ensemble des secteurs économiques en lien avec la ville et les infrastructures, fait face à une évolution majeure de son modèle d’affaires. D’une part, les besoins en construction/rénovation de logements, quartiers, infrastructures de transport et d’énergie sont soutenus en France comme à l’étranger, dans le neuf et surtout en rénovation. D’autre part, Eiffage exerce ses métiers dans un contexte global où les conséquences du changement climatique se manifestent concrètement, avec des risques naturels aggravés.

Dans ce contexte, le Groupe entend devenir un leader de la construction bas carbone et engage la puissance de son innovation au service d’un développement durable partagé pour réduire les émissions sur toute la chaîne de valeur et être acteur des nouveaux marchés de l’économie bas carbone.

Outre l’expertise de ses métiers, résolument tournée vers la réduction des sources émettrices de gaz à effet de serre et l’adaptation aux conséquences du changement climatique, Eiffage soutient activement et officiellement depuis avril 2018 l’initiative du Pacte Finance Climat lancée en 2018 par l’économiste Pierre Larrouturou et le climatologue Jean Jouzel, ancien vice-président du Giec, co-Prix Nobel de la paix en 2007.

Eiffage valorise trois types d'actions :

biophait

  • les programmes de recherche en faveur des produits et procédés de substitution aux énergies fossiles, en particulier dans les travaux publics ;
  • la duplication du fonds d’arbitrage technico-économique carbone dans d’autres projets de travaux publics, après les premiers retours d’expérience positifs de la ligne à grande vitesse Bretagne-Pays de la Loire où ce dispositif financier a été mis en place pour la première fois en France ;
  • l’approfondissement et la promotion des savoir-faire en termes de construction durable et de rénovation énergétique, confortés par un recours systématique aux certificats d’économie d’énergie au profit des clients.
Le BIOPHALT®, liant végétal clair destiné à l’enrobage, est obtenu à partir de dérivés du pin et en particulier de sous-produits de l’industrie du papier. ©Eiffage Route

 

 

Les enjeux liés au monde du vivant

L’enjeu biodiversité est clairement devenu partie intégrante de l’exercice des métiers du BTP. La préservation de la biodiversité intervient comme condition nécessaire à l’obtention des autorisations administratives, mais également et de plus en plus, sous le statut d’atout concurrentiel, notamment dans les projets à haute valeur environnementale.

Eiffage témoigne de cette conduite du changement dans le livre Vers le Génie civil écologique publié en avril 2014, et qui relate, à l’aune de trois grands chantiers de travaux publics, les progrès et les enseignements tirés de l’application de la séquence ERC. 

Dans ce même esprit de témoignage, Eiffage rend public chaque année depuis 2012 l’avancement des vingt-huit actions qu’il déploie au titre de la SNB. Une évaluation-bilan de cet avancement est réalisé  annuellement par l’association Humanité et Biodiversité. 

Eiffage est, depuis décembre génie civile2013, adhérent agréé du BBOP, initiative internationale visant la compensation sans perte nette de biodiversité. Le Groupe a ainsi témoigné au Congrès international de Londres du BBOP sur le thème de la gouvernance du développement durable et de la préservation de la biodiversité à l’aune du chantier de la LGV Bretagne-Pays de la Loire.

 

 

Une nouvelle étape a été franchie en juillet 2018 avec la participation de Benoît de Ruffray, président-directeur général d’Eiffage, au lancement de l’initiative Act4Nature : un pacte assorti d’un programme d’action à travers lequel 65 entreprises françaises ont publiquement pris ou confirmé leurs engagements pour préserver la biodiversité.

 

Matériaux et ressources naturelles, faire mieux avec moins

Dans un contexte de rareté annoncée des matériaux, le prélèvement raisonné, le recyclage et l’accroissement de la valorisation des déchets -qu’ils soient issus de la déconstruction ou de la valorisation de déchets des secteurs industriels ou agricoles- sont des domaines dans lesquels les branches s’investissent, et notamment la branche Infrastructures qui développe des solutions techniques et industrielles permettant d’augmenter de façon conséquente la part des déchets inertes recyclés dans ses produits.

biocold
La gamme d’enrobés froids BIOCOLD® destinée à l’entretien des chaussées peut intégrer jusqu’à 100 % d’agrégats recyclés et des liants biosourcés. ©Eiffage Route

L’entreprise, un écosystème social vivant qui s’adapte aux mutations

Le volet social appliqué au secteur du BTP et des Concessions est pluriel et s’articule autour de plusieurs thèmes d’antériorité et de maturité variables. Ainsi, les politiques de prévention des accidents du travail bénéficient de très longue date de procédures cadrées et de ressources professionnelles dédiées, assorties d’outils de pilotage fin.

Afin d’améliorer sa réponse aux enjeux fondamentaux de la formation, Eiffage a refondu l’ensemble de son dispositif de formation et rassemble désormais au sein de l’Université Eiffage toutes les formations Groupe et branches au profit de tous, depuis les compagnons jusqu’aux cadres de direction. 

GSLM
©Max Lerouge

Au-delà du respect des clauses sociales prévues par certains marchés, des politiques internes volontaristes généralisent la collaboration active des branches avec les acteurs locaux de l’insertion, tout au long de l’année et systématiquement à l’occasion de grands chantiers. Les écoles internes des branches permettent de dispenser des formations qualifiantes à des jeunes en difficulté scolaire tout en adaptant l’enseignement aux besoins de recrutement interne.

Enfin, en termes de diversité, des engagements relatifs à l’égalité des chances sont signés par le Groupe et mis en œuvre, les dynamiques liées au handicap et à l’employabilité des seniors sont pérennisées et encadrées par des plans d’actions. Sujet bien identifié mais non encore mature, l’égalité des chances hommes/femmes, reste un enjeu où le retard constaté ne disparaît pas aisément.

En France et dans les pays d’implantation du Groupe, les institutions représentatives du personnel fonctionnent conformément aux règles en vigueur dans chacun d’entre eux. Le protocole d’accord relatif au renouvellement du Comité d’entreprise européen, signé par la direction d’Eiffage et l’ensemble des organisations syndicales, a posé les principes de deux réunions chaque année.

 

Dispositif solide, l’actionnariat salarié demeure le pivot de la culture du Groupe. En maintenant régulièrement leur participation au plus haut niveau, les collaborateurs témoignent de leur attachement à l’entreprise.

Depuis 2008, la fondation Eiffage soutient des projets favorisant l’insertion professionnelle de personnes en situation d’exclusion. Désireuse de promouvoir l’engagement citoyen des salariés et retraités du Groupe, la fondation soutient majoritairement des projets solidaires dans lesquels ils sont impliqués bénévolement.

 

L’opérationnel, cible stratégique

L’intégration opérationnelle du développement durable dans les réponses du Groupe aux appels d’offres reste une absolue priorité, le développement durable devant devenir, dans l’esprit collectif, une composante métier des offres au même titre que l’innovation.

En 2015, cette stratégie d’intégration s’est une fois de plus appuyée sur la diffusion d’outils opérationnels, avec notamment :

  • l’outil Univers HQVie®, plate-forme numérique conçue en interne -directions opérationnelles de branches et direction du Développement durable du Groupe- et qui a pour objectif la démultiplication rapide du référentiel Haute Qualité de Vie® auprès de toutes les entités opérationnelles;
  • la troisième version enrichie du logiciel de gestion opérationnelle de l’environnement GEODE, déployée dans toutes les branches au profit de cinq cents collaborateurs en charge de l’environnement et du développement durable.
©Terra 21